19e Carrefour des gestions locales de l’eau
En Bretagne, la Région œuvre en faveur des solidarités territoriales de l’eau

Depuis mai dernier, la Bretagne est devenue la première Région missionnée par l’État pour animer et organiser la concertation en matière de gestion de l’eau et des milieux aquatiques. Cette prise de compétence, qu’elle revendiquait depuis plus de 10 ans, est la reconnaissance de sa politique volontariste, en lien étroit avec les acteurs locaux. Engagée dans sa Breizh COP, elle entend jouer un rôle actif dans la gestion des ressources hydrographiques du territoire, en œuvrant à la mise en place de solidarités de l’eau. Sujet cher à Thierry Burlot, Vice-président à l’environnement et à l’eau, c’est d’ailleurs l’un des thèmes centraux du 19e Carrefour des Gestions locales de l’eau.

Lançant traditionnellement l’année des acteurs de l’eau, le CGLE 2018 s’ouvrira sur un tout nouveau panorama, ce mercredi. Projetée depuis plusieurs années, la donne en matière d’eau a été complètement revue ces dernières semaines.

Depuis le 1er janvier, en application des lois MAPTAM et NOTRe, la gestion de l’eau et des milieux aquatiques, ainsi que la prévention des inondations sont désormais du ressort des communautés de communes et d’agglomérations.

Au printemps dernier, la Région Bretagne se voyait, quant à elle, confier par l’État le rôle d’animateur et de coordinateur en matière de politique de l’eau. Une marque de confiance et une véritable reconnaissance de son investissement et de son implication depuis plus de 20 ans.

« La Bretagne a connu des difficultés mais elle n'a jamais baissé les bras pour reconquérir la qualité de ses eaux, souligne le Vice-président Burlot, élu récemment à la tête du Comité de bassin Loire-Bretagne. Avec ce nouveau décret, la Région, également en charge de l'aménagement du territoire et du développement économique, place l'eau au cœur de son projet pour la Bretagne. »

Solidarités des acteurs en amont et en aval

Consciente que le développement des territoires est lié à leur capacité à détenir de l’eau en quantité et qualité suffisante, le Conseil régional demeure très attaché à la question des solidarités locales entre amont et aval, thème retenu pour la séance plénière de clôture du CGLE qu’il animera, jeudi.

« La Région réfléchit à la question de la solidarité avec l’ensemble des acteurs bretons de la gestion intégrée de l’eau, rappelle Thierry Burlot. Elle a posé le sujet en Conférence bretonne de l’eau et des milieux aquatiques, via un projet d’Etablissement public territorial de bassin (EPTB) armoricain. »

L’objectif est avant tout de lancer le débat sur la façon dont les acteurs bretons pourraient se structurer pour assurer une solidarité sur l’ensemble du territoire. Ce rôle de facilitateur des réorganisations territoriales est inscrit dans le décret donnant compétence d’animation et de concertation au Conseil régional.

Retrouvez ci-dessous le dossier de presse complet.

Tags : Environnement

Modifié le


Partagez ce contenu